Halitose – Définition et origine

Près d’un quart de la population souffre occasionnellement d’halitose. Dans environ 9 cas sur 10, l’origine est buccale et notamment lingual. Contrairement aux idées reçues, l’origine ORL (oto-rhino-laryngologique) est responsable de moins d’un cas de mauvaise haleine sur 10, et l’origine gastro-intestinale encore plus rare. Des études ont montré que, dans la plupart des cas, l’halitose est due à la dégradation d’acides aminés contenant du soufre (cystéine et méthionine, issues des débris alimentaires, des cellules épithéliales mortes et des composants de la salive) en composés sulfurés volatils (CSV) par des bactéries anaérobies gram négatives de la cavité buccale.

La surface de la langue est l’endroit de la cavité buccale où se trouve la majorité (60 à 80%) des bactéries responsables de la mauvaise haleine. Les bactéries se fixent d’autant plus sur la langue que l’enduit lingual présent n’a pas été éliminé depuis un certain temps.

  • Dans près de 9 cas sur 10, l’halitose est d’origine buccale.
  • L’halitose doit donc être prise en charge par le cabinet dentaire.
  • Les bactéries présentes sur la langue (c’est-à-dire dans l’enduit lingual) sont la cause buccale la plus fréquente de l’halitose.
  • L’origine gastro-intestinale est très rarement la cause de la mauvaise haleine et peut être en général négligée.