Conseils et recommandations de traitement

Aborder directement le problème de l’halitose avec le patient

Les patients hésitent à aborder eux-mêmes le problème ou souvent ils n’ont conscience de souffrir de mauvaise haleine. Il est conseillé au chirurgien-dentiste d’aborder directement le sujet avec eux.

Exemple: «j’ai décelé que vous souffriez d’halitose (ou mauvaise haleine). Il n’y a aucune raison de s’inquiéter, la mauvaise haleine a presque toujours une origine connue. Saviez-vous que la présence d’un enduit lingual est souvent responsable de la mauvaise haleine? J’aimerais vous recommander un traitement qui vous permettra de remédier à ce problème.»

Il est également recommandé de mettre à disposition des patients des documents d’information sur le sujet dans le cabinet dentaire. Ainsi, le patient aura les principales informations sur l’halitose et pourra ainsi vous poser des questions plus spontanément.

Expertise dentaire

90 % des cas d’halitose ont une origine buccale et sont principalement dûs à la présence d’enduit lingual. Ces cas peuvent être pris en charge par le cabinet dentaire. Le chirurgien-dentiste est le professionnel de santé en contact direct avec les patients souffrant d’halitose.

Une fois l’origine buccale de l’halitose établie, les mesures suivantes peuvent être entreprises pour réduire la plaque bactérienne :

  • nettoyage professionnel des dents
  • traitement parodontal
  • entretien des matériaux de restauration
  • examen et nettoyage des prothèses
  • prise en charge des éventuelles causes systémiques

Mesures d’hygiène bucco-dentaire quotidienne

Le traitement est principalement axé sur la sensibilisation du patient aux causes de l’halitose ainsi qu’aux moyens de prévention. Le traitement a pour but de réduire la charge bactérienne.

En plus du brossage biquotidien des dents, le patient peut par d’autres gestes simples, réduire sa mauvaise haleine. Expliquez à votre patient le lien entre enduit lingual et halitose, et l’importance du nettoyage fréquent de la langue.

Vous pouvez recommander les mesures d’hygiène suivantes que le patient effectuera à domicile :

  • contrôle mécanique du biofilm par le nettoyage de la langue et des espaces interdentaires, en complément du brossage des dents,
  • contrôle chimique de la plaque, notamment par l’utilisation de dentifrice et de bain de bouche antibactériens,
  • neutralisation des composés sulfurés volatils grâce à l’utilisation de produits à base d’ions métalliques.