Diagnostic de l’halitose: la mauvaise haleine est mesurable

Comment diagnostiquer l’halitose?

La première étape du diagnostic consiste à objectiver l’intensité de l’odeur. Le diagnostic peut se faire par mesure organoleptique (donc par l’odorat) ou à l’aide d’instruments.

Mesure organoleptique (méthode de référence)

Dans la pratique dentaire, la mesure organoleptique s’effectue par l’évaluation de l’odeur de l’haleine par le dentiste..Il s’agit du moyen le plus simple pour constater la mauvaise haleine. Cependant, cette évaluation est difficilement reproductible puisque dépendante de nombreux facteurs : capacités olfactives du praticien, respect de certaines règles : absence de consommation de café, d’aliments épicés, etc..

Il existe différents procédés pour effectuer cette mesure organoleptique :

  • Pour les études cliniques, la mesure est effectuée à distance constante en utilisant une échelle de 0 à 5.
  • Dans la pratique dentaire, la mesure est effectuée de préférence à distance variable (échelle de 3 degrés, voir ci-dessous) entre le patient et le dentiste.

Echelle de 3 degrés à distance variable:

Perception d’une odeur désagréable quand le patient parle normalement

  • à une distance de 1 m : degré de sévérité élevé (degré 3)
  • à une distance de 30 cm : degré de sévérité moyen (degré 2)
  • à une distance de 10 cm : degré de sévérité faible (degré 1)

Mesure électronique

Pour déterminer objectivement l’intensité de la mauvaise haleine, des évaluations électroniques sont effectuées. Ces mesures se font par l’intermédiaire de la chromatographie en phase gazeuse (oralchroma) ou du moniteur de sulfure portable basé sur le principe d’oxydo-réduction (halimètre).

Ces appareils permettent de mesurer la concentration de composés sulfurés volatils (CSV) dans l’air expiré du patient.

Examen intra-buccal

Une mesure organoleptique positive devrait être complétée par un examen intra-buccal. La priorité sera de regarder la présence de biofilm au niveau des sites de prédilection, notamment sur la langue.

Il est également recommandé d‘ajouter des questions sur la mauvaise haleine au questionnaire d’anamnèse.

Ces questions doivent être incluses lors du diagnostic pour permettre d’adapter la thérapeutique.

Télécharger le questionnaire (PDF, 41 kb)

Exemples de questions d’anamnèse

  • Souffrez-vous de mauvaise haleine, même occasionnellement?
  • Quelles mesures d’hygiène bucco-dentaire effectuez-vous en plus du brossage des dents ? (nettoyage de la langue, nettoyage interdentaire : fil dentaire, brossettes, etc.)
  • Souhaitez-vous être informé par votre chirurgien-dentiste sur la mauvaise haleine, les moyens de la traiter et de la prévenir ?