Les soins dentaires proactifs sont essentiels pour les patients modernes

Le point sur le fluor Les recommandations de l’EAPD (European Academy of Paediatric Dentistry) et du Collège français des Enseignants en Odontologie Pédiatrique (CEOP)

Par le Professeur Jean-Louis Sixou

 

Il y a tellement de façons de considérer le fluor (ou plutôt les fluorures, puisque le fluor n’existe que sous la forme de fluorures) ! Systémique vs topique, protection vs toxicité.

Que sait-on du fluor?

Essentiellement présent dans l’os chez l’homme, il existe sous forme de fluoroapatite dans la dentine et l’émail. Il peut s’intégrer à l’émail avant l’éruption en bouche pendant les phases de sécrétion et de maturation de l’émail. Mais cette intégration pré-éruptive protège peu de l’attaque carieuse. Son action la plus efficace se situe après l’éruption : pendant la phase de maturation post-éruptive de l’émail (3 à 4 ans suivant l’émergence en bouche), et tout au long de la vie. Il agit alors selon trois modes :

  • en diminuant la solubilité de l’émail lors de l’attaque acide suivant une prise alimentaire sucrée.

  • en favorisant la reminéralisation après l’attaque carieuse acide.

  • en agissant sur les bactéries du biofilm dentaire.

C’est donc le fluor situé à l’interface de l’émail et de la plaque dentaire qui est le plus intéressant, surtout lorsqu’il est présent en petite quantité sur une longue période. L’administration de fluor topique est de loin la plus efficace pour protéger de la carie.

Recommandations (EAPD et CEOP)

L’utilisation du fluor est intégrée dans un plan de traitement personnalisé de la maladie carieuse et réévaluée à chaque visite de contrôle. Le chirurgien-dentiste doit prendre en compte les besoins individuels de l’enfant

Fluor systémique

Les comprimés et gouttes fluorés, le sel fluoré, n’ont d’intérêt que lorsque le risque carieux est élevé et qu’il n’y a pas de possibilité d’avoir une protection par le dentifrice fluoré. Leur prescription doit se faire après un bilan des apports fluorés (y compris l’ingestion de dentifrice) pour éviter le risque de fluorose dentaire. Ce dernier est maximum entre 0 et 4 ans pour les dents antérieures. Les comprimés et gouttes sont administrables dès l’apparition des premières dents (CEOP) ou dès 2 ans (EAPD).

Fluor topique

Plusieurs types de fluorures, d’utilisation professionnelle ou non, sont disponibles (Tableau I).

Fluor topique Fraction préventive Fréquence d’utilisation
Dentifrice 1000-1450 ppmF 31% (18-43%) 2 fois / jour
Gel 21% (15-28%) 2 à 4 fois par an (à partir de 6 ans)
Bain de bouche 27% (23-30%) 1 fois / jour ou / semaine (supervisé, à partir de 6 ans)
Vernis (dents temporaires) 37% (24-51%) 2 fois / an (dès l’âge de 1 an)
Vernis (dents permanentes) 43% (30-57%) 2 fois / an

Tableau I. Efficacité anticarieuse des différents fluors topiques (Recommandations du CEOP, Droz et al, 2021)

 

Dentifrice fluoré

Le moyen de prévention le plus sûr et le plus simple est le brossage des dents, au moins deux fois par jour, avec un dentifrice adapté à l’âge et aux besoins de l’enfant (Tableau II). Il doit être effectué au début par les parents, puis supervisé jusqu’à l’âge de 7 ans (EAPD) ou 8 ans (CEOP).

Les dentifrices concentrés à moins de 1000 ppm de fluor ne sont pas ou peu efficaces. Les dentifrices médicaux sont possibles, sur prescription, en cas de risque carieux, à partir de 10 ans (2400-2800 ppmF) ou de 16 ans (5000 ppmF).

Age

ppmF

Fréquence

Taille

 1ères dents à 3 ans*

1000

2 x / jour

Trace*

 3-6 ans

1000

2 x / jour

Petit pois

 > 6 ans

1450

2 x / jour

Jusqu’à la longueur

Utilisation du dentifrice fluoré chez l’enfant (Recommandations du CEOP, Droz et al, 2021) * L’EAPD préfère 2 ans à 3 ans et parle de « grain de riz ».

 

En cas de risque carieux élevé, un petit pois de dentifrice 1 000 ppmF et de dentifrice 1 450 ppmF peut être utilisé respectivement à 2 ans et après 3 ans.

Le dentifrice ingéré devient un apport systémique et peut participer à l’apparition d’une fluorose pour des doses de 0,07 mg/ kg/j. Un enfant de 2 ans d’un poids moyen de 12,5 kg ne doit pas avaler plus de 0,9 mgF/jour (Recommandations du CEOP, 2021).

Gels (≥ 12300 ppmF), vernis (22400 ppmF) et bains de bouche (225 ppmF : quotidien ou 900 ppmF : hebdomadaire)

Parmi ces sources complémentaires au dentifrice fluoré, seuls les vernis peuvent être utilisés à partir d’un an. Gels et bains de bouche ne sont possible qu’à partir de 6 ans en raison du risque d’ingestion. L’apport complémentaire d’un seul topique fluoré est recommandé.

Référence :
1. Toumba KJ, Twetman S, Splieth C, Parnell C, van Loveren C, Lygidakis NΑ. Guidelines on the use of fluoride for caries prevention in children: an updated EAPD policy document. Eur Arch Paediatr Dent. 2019; 20: 507-516.

2. Droz D, Sixou JL, Delfosse C, Vital S, Muller Bolla M. Le fluor en prévention primaire. Recommandations du Collège des Enseignants en Odontologie Pédiatrique. Rev Francoph Odont Pediatr, 2021 ; 16 : 26-34